Lexique Boursier 

toutes les définitions que vous cherchez

Consulter toutes les définitions pour mieux comprendre la bourse, l”économie et la finance via notre lexique bourse

Le Lexique de la Bourse

Il y a 38 mots dans ce répertoire commençant par la lettre L.
La méthode du cours de clôture
La méthode du cours de clôture est appliquée pour les sociétés mères qui consolident les comptes de leurs filiales étrangères. Leurs états financiers, libellés dans d'autres devises que celle de la maison mère, sont convertis dans la monnaie de référence. D'une part, les actifs et les passifs sont convertis au cours du change le jour de clôture. D'autre part, les produits, les charges, les provisions et amortissements sont convertis soit au cours de leur enregistrement comptable, soit au cours moyen de la période sur laquelle ils portent. Les capitaux propres hors bilan sont convertis à leur date d'entrée, et les écarts de conversion leur sont ajoutés.

Laffer Curve
La Laffer curve se traduit par courbe de Laffer, un économiste qui popularisa ce concept. Cette théorie suggère que si les impôts sont trop élevés, les gens cesseront de travailler et d'investir, puisqu'une grosse part de leurs revenus reviendra à l'État et leur échappera. En revanche, un taux d'imposition faible ou modéré incitera les gens à produire et travailler davantage, ce qui augmentera mécaniquement les recettes fiscales. En France, cette courbe correspond au proverbe "trop d'impôt tue l'impôt", signifiant que si le taux d'imposition est confiscatoire, les agents économiques feront tout pour y échapper.

LBM
Le LBM est le sigle du London Bullion Market, un des principaux marchés mondiaux, hors cotation, de l'argent et de l'or, principalement en gros. Bullion signifie lingot ou or en barre. Les transactions se déroulent parmi les membres de la LBMA (London Bullion Market Association). Ceux-ci sont les principales banques internationales, ainsi que des producteurs, affineurs et marchands importants. Les prix sont généralement cotés en dollars par troy once (ounce, ou oz, environ 31 g). Les achats à terme, donc avec livraison ultérieure, permettent aux producteurs comme aux utilisateurs industriels et orfèvres de sécuriser leur approvisionnement et d'assurer leurs engagements.

LBO
Le LBO signifie leverage (effet de levier) et buy out ( achat total). Cette technique consiste à constituer une holding pour acquérir une entreprise, en ayant principalement recours à l'endettement. Les actifs de l'entreprise acquise, ainsi que ceux de l'entreprise acquéreuse, serviront de garantie pour l'emprunt. L'objectif est d'acheter des entreprises importantes, sans avoir besoin de mobiliser son propre capital. On parle d'effet de levier, car la holding remboursera les dettes et leurs intérêts grâce aux revenus générés par l'entreprise rachetée.

LBO Secondaire
Un LBO (Leverage Buy Out) consiste à racheter en totalité une entreprise par effet de levier. Ce rachat est principalement financé par l'endettement, pour ne pas avoir à engager son propre capital. Un LBO secondaire peut succéder à un LBO primaire, pour permettre aux premiers investisseurs de sortir du montage financier, et d'être remplacés par d'autres. Ce sont souvent des fonds spécialisés qui servent d'intermédiaires, et qui créent un nouveau montage LBO pour réaliser l'opération. Il existe aussi, plus rarement, des LBO tertiaires et quaternaires.

LDD
Le LDD (Livret de Développement Durable) est un compte d' épargne rémunéré, qui remplace le CODEVI. Son objectif principal est de collecter des fonds destinés à financer la protection de l'environnement, par le biais de travaux d'isolation dans les biens immobiliers. Réservé aux personnes fiscalement domiciliées en France, ses particularités sont la liberté de versement et de retrait, et l'absence d'impôts et de prélèvements sociaux sur les intérêts produits (1 % depuis le 1er août 2014). Son montant est plafonné à 12 000 euros par personne.

LES
Le LES est le London Stock Exchange, ou Bourse de Londres. Créé en 1773, il est aujourd'hui l'un des principaux marchés financiers du monde, et le premier en Europe. Plus de 400 intermédiaires y traitent 12 000 instruments financiers de 3 000 entreprises provenant de 70 pays. Les transactions s'y font au jour le jour. Le LES dispose de deux Bourses de valeurs mobilières à revenu variable (equity markets), d'un Marché principal, et de l'Alternative Investment Market (marché alternatif d'investissement), qui traite les actions internationales. Ses principaux indices sont le Financial Times Stock Exchange (FTSE), et le 100 Share Index (Footsie).

Lettre de gage
La lettre de gage est une particularité suisse, pour désigner une obligation à taux fixe. Ce type d'obligation est destiné à refinancer des établissements financiers qui ont accordé des crédits hypothécaires, dans des conditions définies par une Loi fédérale de 1930. Deux centrales d'émission sont autorisées à émettre des lettres de gage. Les banques membres de ces groupements reçoivent le produit des émissions d'emprunts obligataires, et en contrepartie fournissent des créances hypothécaires pour les couvrir. Le terme des lettres de gage varie de 10 à 40 ans.

Lever les titres
Lever les titres est une expression du langage financier, utilisée notamment dans le cadre du Service de Règlement Différé (SRD) géré par NYSE Euronext à la Bourse de Paris. Un investisseur doit régler les titres acquis en paiement différé au cours du mois boursier écoulé. Il lève les titres, c'est-à-dire les achète, pendant la période de liquidation. Il lève aussi les options, et là aussi les paie. La valeur numéraire de ces titres est débitée sur son compte, et son compte-titres est crédité de tous ses achats de valeurs financières.

Leverage
Le mot leverage découle de lever, ou levier en français. Le leverage concerne principalement deux choses. D'une part, l'utilisation d'instruments financiers, de capitaux empruntés, et d'augmentation de la marge, pour améliorer le retour sur investissement. Et d'autre part, l'endettement comme mode de financement privilégié. Une entreprise fortement endettée par rapport à ses fonds propres est dite leveraged. Dans le domaine financier, le leverage consiste à s'endetter pour acheter, notamment en prenant des options sur des produits financiers à terme, donc en dehors du marché à règlement comptant.

Leverage Buy Out
Le Leverage Buy Out (LBO) signifie achat total par effet de levier. Il s'agit le plus souvent d'acheter une entreprise cible, en ayant recours à l'endettement. L'équipe dirigeante actuelle, ou celle des repreneurs, est souvent partie prenante dans l'opération. Une holding est constituée. Elle apporte comme garantie aux prêteurs ses propres actifs et ceux de l'entreprise cible. Elle remboursera ensuite ses dettes par les revenus générés par l'entreprise acquise. Cette technique permet d'acheter des entreprises importantes qui seraient autrement hors de portée, et permet une croissance externe rapide.

Leveraged build up
Leveraged build up se traduit par capitalisation par effet de levier. Ce mécanisme désigne une dette supplémentaire contractée par une entreprise, pour gagner une position ayant un fort potentiel de bénéfices. Cela peut concerner la gestion d'un portefeuille, dont le décideur achète des titres d'entreprises fortement endettées par effet de levier. Le montant total de la dette augmente en proportion, avec l'opportunité d'amplifier les profits. Ce montage financier peut aussi être le fait d'une entreprise qui rachète ses concurrents, par endettement, pour créer une synergie et augmenter sa taille.

Levier
Le levier est un outil qui permet de décupler sa force. En finance, le levier désigne l'achat par endettement ou à terme. L'objectif est d'accroître la rentabilité, si le coût de la dette est inférieur aux bénéfices escomptés. Plusieurs produits boursiers autorisent l'effet de levier, comme les warrants, les CFDs, ou le Service du Règlement Différé. Certains brokers du marché des devises (Forex) autorisent des effets de 50 à 400. Avec un euro, un acheteur peut obtenir une option sur 400 euros de devises. Inutile de dire que ce taux de levier est réservé aux spéculateurs avertis, car si les gains peuvent être spectaculaires, les pertes peuvent être foudroyantes.

Liability
Le terme liability désigne une responsabilité ou un engagement financier. Pour un particulier, il s'agit de ses dettes personnelles. Pour une entreprise, cela inclut les dettes, les obligations contractées concernant de futurs paiements sur des fournitures, des marchandises ou des services déjà reçus, les salaires, les charges, les impôts, les dépenses en cours, les factures non encore acquittées, et les bénéfices reportés. Pour avoir bénéficié de capitaux, de biens ou de services dans le passé, l'entreprise doit faire des sacrifices au présent afin de se libérer de cette responsabilité.

LIFFE
Le LIFFE Euronext désigne le London International Financial Futures and options Exchange (Bourse des contrats financiers à terme et des options). Il cote les produits dérivés, les futures, les contrats à terme, et les options sur les matières premières, comme le Chicago Board Options Exchange (CBOE). Entièrement informatisé, il appartient à NYSE Euronext, qui gère les Bourses de Paris, Lisbonne et Amsterdam. LIFFE est notamment spécialisé dans les contrats sur l'Euribor, le taux de référence sur les prêtes à court terme de la zone euro. Le volume des transactions, en milliards d'euros, en fait l'un des marchés mondiaux les plus importants de ce secteur.

LIFO
LIFO signifie en anglais Last in, First out (dernier entré, premier sorti). Il s'agit d'une méthode de gestion du capital et d'évaluation des stocks, qui considère que les biens et actifs produits ou acquis en dernier seront les premiers à être utilisés ou vendus. L'objectif de cette approche comptable est d'éviter les variations trop importantes des actifs, en comptabilisant les produits vendus à une valeur proche de leur récente acquisition. En logistique, les produits arrivés récemment seront effectivement les premiers vendus ou livrés. L'autre méthode est le FIFO, First in, Fist Out, qui signifie que le premier article entré sera aussi le premier sorti.

Ligne d'actions
"Par ligne, il faut entendre ligne comptable, chaque ligne étant attribuée à une fonction précise. Une ligne d'actions est une expression utilisée dans le cadre d'une augmentation de capital. L'entreprise émettrice de bons de souscription en réserve un certain nombre à l'institution financière qui gère cette émission. Le montant total varie selon les besoins de l'entreprise en capitaux propres. Une ligne d'actions regroupe les actions réservées à cette institution. Cette dernière, après avoir souscrit aux nouvelles actions, les mettra en vente sur le marché."

Limitation des droits de vote
La limitation des droits de vote est une disposition qui vise à éviter la prise de contrôle rampante par un groupe d'actionnaires. Cette limitation est prévue par le droit, et ses modalités d'application peuvent être précisées par les statuts d'une société par actions. Ainsi, lors des assemblées générales des actionnaires, chacun disposera du même nombre de voix. Cette règle s'appliquera à tous, sauf bien sûr aux actionnaires à dividende prioritaire sans droite de vote. Cette limitation est levée si l'un des actionnaires ou un groupe parvient à détenir plus de deux tiers des droits de vote.

Limite à la baisse
La limite à la baisse est une mesure destinée à modérer la volatilité inhabituelle d'une valeur ou d'un marché, afin d'éviter des ventes massives dues à la panique. Cette limite à la baisse est en général exprimée en pourcentage pour un jour d'ouverture. Cela peut concerner aussi les marchés à terme. À la Bourse de Paris, si la baisse d'une valeur excède 10 %, sa cotation est suspendue. Cette suspension peut être de quinze minutes seulement, le temps que les opérateurs réfléchissent et décident s'ils veulent maintenir ou annuler leurs ordres.

Limite à la hausse
De même qu'il existe une limite à la baisse, il existe une limite à la hausse sur les marchés financiers organisés. Sur le Nyse Euronext de Paris, la cotation est suspendue si la hausse est de plus de 10 %. Cela peut durer un quart d'heure, ou toute la journée. L'objectif est d'éviter que les opérateurs ne cèdent à l'euphorie, par exemple sous l'emprise de fausses nouvelles diffusées par des personnes qui tenteraient de manipuler les cours. Une suspension de cotation permet d'éviter les achats irrationnels.

Liquidation d'actifs
"La liquidation d'actifs consiste à vendre un certain nombre de biens appartenant à une entreprise. En cas de faillite, cette liquidation concerne la totalité de son patrimoine. Les immeubles sont le plus souvent mis en vente par des agences immobilières, et les meubles aux enchères. Si un liquidateur est nommé par le tribunal dans le cadre d'une liquidation judiciaire, il consignera les montants récupérés sur un compte ouvert à la Caisse des Dépôts, et remboursera les créanciers. Si une entreprise est fermée volontairement, les associés se répartiront ses actifs en proportion de leurs parts sociales."

Liquidation judiciaire
Pour qu'une procédure de liquidation judiciaire soit décidée par un tribunal, il faut que l'entreprise ne soit plus en mesure de rembourser ses dettes, et qu'il soit manifestement impossible de la redresser. C'est le cas notamment si aucun repreneur ne se présente. Cette procédure concerne toutes les personnes morales privées, commerces et entreprises. Les actifs de l'entreprise sont vendus pour régler, au moins partiellement, ses créanciers et le fisc. Si ses dirigeants n'ont commis aucune faute juridique, le jugement de clôture met fin aux poursuites des créanciers, qui sont donc éteintes.

Listing sponsor
Un listing sponsor (dans le sens de mentor ou tuteur) est un conseiller financier, essentiellement chargé d'accompagner une entreprise lors de son introduction sur le marché Alternext, ou si elle souhaite y migrer depuis le marché libre. C'est un intermédiaire agréé par Euronext, la société qui gère la Bourse de Paris. Le rôle du listing sponsor est de veiller à ce que l'entreprise respecte son devoir d'information des actionnaires actuels et futurs, et de l'accompagner pour qu'elle conserve une bonne visibilité pour les investisseurs.

Livret A
Le Livret A est un compte épargne, dont la caractéristique principale est que les versements et les retraits y sont libres et gratuits. Jadis, seuls la Poste, la Caisse d'Épargne et le Crédit Mutuel pouvaient les distribuer, et il était matérialisé par un livret, d'où son nom. Avec la dérégulation du secteur financier, ce type de compte épargne est désormais ouvert aux banques. Le taux de rémunération est de 1 %, mais en revanche les intérêts échappent aux prélèvements sociaux. Un carnet de chèques peut y être associé. Les fonds récoltés grâce au Livret A servent à financer le logement social, comme les HLM.

Livret B
Le Livret B est un livret bancaire rémunérant une trésorerie avec un taux d'intérêt qui n'est pas réglementé et un versement initial de 1,50 euros (qui peut différer selon les banques), sans aucun maximum de dépôt. Les intérêts perçus sur le Livret B sont soumis à l'impôt sur le revenu (ou au prélèvement forfaitaire libératoire) et aux contributions sociales. Le livret B est un compte épargne diffusé par la Banque Postale et la Caisse d'épargne. Les autres banques proposent l'équivalent sous un nom différent. Un Livret B peut être ouvert par toute personne majeure, ou au nom d'un mineur. Comme le livret A, il permet les versements et les retraits à volonté. Sa caractéristique est que le montant des dépôts n'est pas plafonné. En revanche les intérêts, variables selon les établissements, sont soumis aux prélèvements sociaux et à l'impôt ou au prélèvement libératoire.

Livret Bleu
Le livret bleu est un livret d'épargne bancaire proposé uniquement par le Crédit Mutuel. Il a exactement les mêmes caractéristiques (montant, durée, taux, fonctionnement) que celles du Livret A. Les intérêts sont donc entièrement exonérés. Le livret bleu peut être cumulé avec l'ensemble des autres livrets à l'exception du livret A. Le Livret Bleu distribué par le Crédit Mutuel est l'équivalent du Livret A de la Banque Postale et de la Caisse d'Épargne. Son fonctionnement et ses caractéristiques sont les mêmes. Les retraits et les dépôts sont libres. Le montant maximum défini par le gouvernement est identique. Le taux d'intérêt est de 1 %, non soumis à l'impôt ni non plus aux prélèvements sociaux. Les fonds récoltés par le Livret Bleu financent en partie le logement social. C'est un produit d'épargne très populaire, puisque quasiment chaque Français détient un livret A ou Bleu.

Livret d'épargne entreprise
Le LEE, livret d'épargne entreprise, est l'équivalent du plan épargne-logement, mais avec comme objectif de créer ou de reprendre une entreprise. Le principe est d'épargner pour une période allant de deux à cinq ans, pour accumuler du capital et obtenir un prêt à taux préférentiel. Le livret d'épargne entreprise permet aussi de financer des investissements dans une entreprise de moins de 5 ans. Le montant maximum des dépôts est de 45 800 euros. Son taux est de 0,75 % et les intérêts sont fiscalisés.

Livret d'épargne populaire
Le LEP, livret d'épargne populaire, est un compte épargne destiné aux personnes à bas revenus, qui sont non imposables ou peu imposables. Son but est de maintenir le pouvoir d'achat des économies de leurs titulaires. Il fonctionne sur le principe du Livret A. Ses intérêts ne sont pas imposés ni soumis aux prélèvements sociaux. Les retraits et versements sont libres, avec un plafond de 7 700 euros. Son taux de rémunération est de 1,5 %, soit un demi-point de plus que le Livret A et le Livret Bleu.

Livret de développement durable
Le LDD, livret de développement durable, anciennement Compte pour le Développement Industriel (CODEVI) est un compte-épargne, réservé aux particuliers résidant en France. Les retraits sont libres. Ses intérêts, identiques à ceux du Livret A (1 %), sont défiscalisés. Le montant maximum des dépôts est de 12 000 euros, hors intérêts capitalisés. Le but de ce livret, pour l'État, est de récolter des fonds qui seront utilisés au service de projets industriels des petites et moyennes entreprises, ainsi que des réalisations écologiques, comme les travaux d'isolation thermique dans l'habitat ancien.

Livret jeune
"Le livret jeune est un produit de placement bancaire qui est réservé aux jeunes de 12 à 25 ans. Il présente une rémunération qui a la particularité d'être différente selon les banques. Toutefois, la rémunération doit être au moins égale à celle du Livret A. Le montant minimum du livret jeune s'élève à 15 euros et le montant maximal de dépôt sur le livret jeune est de 1 600 Euros. L'épargne placée est totalement disponible et remboursable à vue (15 euros doivent être laissés sur le livret jeune pour ne pas provoquer la fermeture du livret). Seule la capitalisation des intérêts peut permettre de dépasser le plafond des 1 600 euros. Les intérêts générés sur le Livret Jeune sont net d'impôts et ne sont soumis ni à l'Impôt sur le revenu ni aux contributions sociales. Le Livret jeune est un compte épargne qui fonctionne selon le principe du Livret A, mais réservé aux jeunes âgés de 12 à 25 ans. Toutes les banques peuvent le distribuer, en choisissant elles-mêmes le taux d'intérêt qu'elles proposent. Ce dernier doit cependant être au moins égal à celui du Livret A, soit 1 %, et échappe comme lui aux prélèvements sociaux et à la fiscalité. Son plafond est limité à 1 600 euros, hors intérêts capitalisés. Les dépôts et retraits s'effectuent librement."

LMBO
Un leveraged management buy-out (LMBO) peut se traduire par rachat total par la direction avec effet de levier. Lorsqu'une unité de production ne correspond plus au champ d'expertise d'un groupe industriel, elle peut décider de la vendre à ses cadres et employés, plutôt qu'à des personnes extérieures, pour en assurer la pérennité. Une holding est constituée, avec ces salariés et éventuellement d'autres investisseurs. L'opération se fait à crédit, d'où l'idée du levier. L'objectif est que les bénéfices soient supérieurs au remboursement du principal et des intérêts. En France, on parle en général de RES, rachat d'entreprise par ses salariés.

LME
La LME est la London Metal Exchange, Bourse des métaux de Londres. C'est le premier marché à terme du monde concernant les métaux non-ferreux. À l'exclusion du fer et de l'acier, elle traite l'aluminium, le nickel, le plomb, le zinc, le cobalt, le cuivre, etc. Les échanges s'y font à la criée, par un réseau téléphonique entre les membres de la LME Select, et par une plate-forme électronique. Les transactions peuvent se faire au comptant quotidiennement, et par des contrats allant jusqu'à 3 mois, et mensuels jusqu'à 10 ans pour le long terme. Son indice, le LMEX, sert de référence mondiale pour la fixation du cours des métaux non-ferreux.

Lock-up
"Le lock-up correspond à une période minimale pendant laquelle un ou plusieurs investisseurs actionnaires présents dans le capital d'une société, s'engage à conserver leurs actions après l'introduction en Bourse de la société. La durée de validité du lock-up est en règle générale courte (elle est rarement supérieure à 9 mois). Lock-up signifie blocage. Il désigne un contrat qui précise une période pendant laquelle les opérations seront bloquées, en général entre 3 et 9 mois. La clause de lock-up est principalement mise en place lors de l'introduction d'une valeur en Bourse, ou lors d'une augmentation de capital. L'émetteur de titres s'engage à ne pas en proposer de nouveaux, ou l'investisseur accepte de conserver ceux qu'il détient. Une partie du capital n'est donc pas disponible sur le marché. Pour les actionnaires du noyau dur, le but est d'éviter un afflux massif de titres, qui risquerait d'en affecter le cours."

London International Financial Futures And Options Exchange
Le LIFFE (London international financial futures and options exchange) est la Bourse internationale des contrats financiers à terme de Londres. Le volume des transactions quotidiennes traitées en fait un rival du Chicago Board Options Exchange, son équivalent américain. Le LIFFE appartient à NYSE Euronext, le groupe qui gère les Bourses de Londres, Paris, Amsterdam, Lisbonne et Bruxelles. Ses produits de référence sont les contrats futures sur l'EURIBOR, le marché des taux à court terme de la zone euro. Il s'agit de produits dérivés basés sur les matières premières.

London Stock Exchange
La Bourse de Londres (London Stock Exchange ou LSE) est l'une des plus anciennes Bourses du monde, avec celle de Chicago. C'est aujourd'hui la troisième des principales places financières, après New York et Chicago, depuis sa fusion avec Borsa Italiana. En Europe, elle devance sa rivale Euronext. Elle gère les transactions de plus de 3 000 sociétés de 70 pays, à travers 12 000 instruments financiers chapeautés par près de 400 intermédiaires. Sa maison-mère est elle-même cotée à l'indice FTSE 250, qui regroupe les 250 principales valeurs de la place.

Long terme
Le long terme signifie qu'on fait un emprunt que l'on remboursera sur une très longue période. Selon les pays, cela peut dépasser 5, 7 ou 8 ans, jusqu'à 30 ans et même au-delà. Au Japon, il existe par exemple des crédits immobiliers qui dépassent l'espérance de vie d'une personne, et qui sont reportés sur ses enfants. La notion de long terme dépend du secteur financier concerné. En dehors de l'immobilier, les investissements en actions ou sur des options peuvent être qualifiés de long terme si l'échéance dépasse un an.

Long-term debt
Long-term debt se traduit par dette à long terme. Cela signifie que l'on devra rembourser cette dette à un horizon plus ou moins lointain. Selon les pays, cette notion est très variable. Aux États-Unis, une dette à long terme décrit les emprunts et achats à crédit à échéance de plus d'un an. En France et en Europe, une dette à long terme définit plutôt une échéance de plus de 5 ou 7 ans. Cela concerne toutes les formes de dettes, les obligations simples ou hypothécaires, et les baux commerciaux. Les règles comptables diffèrent selon qu'il s'agit d'une dépense, d'un investissement ou d'un placement.

Loss ratio
Le loss ratio signifie ratio de perte. Cela concerne essentiellement les compagnies d'assurance. En regard avec le montant des primes payées, un certain nombre de sinistres devront être indemnisés. Si ce ratio est excessif, la compagnie sera déficitaire. Pour une banque, ce ratio recouvre les créances non recouvrables, pour cause de faillite ou d'insolvabilité. Par exemple, si elle prête 1 000 euros et n'en récupère que 900, son ratio de perte sera de 10 %. En général, le montant du ratio de perte toléré par une entreprise est de 2 %. C'est donc un facteur qui affecte la marge brute.


Envoyer un mot