Actualités

Analyses de marché

Valeurs à suivre

Alertes

Les tensions au Moyen-Orient influencent les prix du pétrole

12 Mar 2024 08:45 | Analyses de marché

Aperçu de l’évolution récente des marchés des commodities, vous permettant de comprendre les fluctuations des prix de l’énergie, des métaux et des produits agricoles.

Energie : Malgré une semaine mouvementée sur le front pétrolier, les prix du pétrole sont restés globalement stables. L’Arabie Saoudite a capté l’attention en augmentant ses prix de vente officiels pour ses clients asiatiques, tandis que la Chine a enregistré une hausse de ses importations de pétrole, bien que cette croissance tende à ralentir mois après mois. Aux États-Unis, les stocks hebdomadaires continuent d’augmenter, mais à un rythme modéré. Les prix se maintiennent autour de 82,50 USD pour le Brent et 78 USD pour le WTI.

Métaux : Les données économiques chinoises montrent des importations et des exportations de métaux solides, signalant une amélioration de la demande industrielle. Les prix des métaux réagissent favorablement, avec le cuivre à 8600 USD la tonne à Londres, l’aluminium à 2250 USD et le zinc à 2530 USD. Cependant, l’or attire particulièrement l’attention enregistrant une troisième semaine consécutive de hausse à 2180 USD. Les paris sur une baisse des taux d’intérêt ont propulsé l’or à un record historique, en tant qu’actif sûr dans un contexte de rendements faibles.

Produits agricoles : À Chicago, les prix céréaliers continuent de baisser, avec le blé atteignant son niveau le plus bas depuis 2023, autour de 525 cents, tandis que le maïs monte légèrement à 440 cents le boisseau. Le cacao reste quant à lui à un niveau élevé, s’échangeant à 6500 USD la tonne.

Tension au Moyen-Orient influencent les prix du pétrole, mais la demande modérée limite les gains

Les prix du pétrole ont enregistré une légère hausse mardi, principalement due aux préoccupations persistantes concernant les tensions géopolitiques au Moyen-Orient. Cependant, cette augmentation a été contenue par des perspectives de demande modérée et l’attente des rapports mensuels des agences pétrolières.

Le prix du Brent pour livraison en mai a progressé de 26 cents, soit 0,3%, pour atteindre 82,47 dollars le baril à 0408 GMT. De son côté, le contrat de brut américain pour avril a enregistré une hausse de 17 cents, soit 0,2%, à 78,10 dollars le baril.

Bien que les récents affrontements entre Israël et le groupe palestinien Hamas n’aient pas eu d’impact majeur sur l’approvisionnement en pétrole, les attaques menées par les Houthis du Yémen, soutenus par l’Iran, contre des navires dans la mer Rouge et le golfe d’Aden ont suscité des inquiétudes depuis novembre. Les frappes aériennes attribuées à une coalition américano-britannique contre des cibles au Yémen ont également exacerbé les tensions.

Cependant, les perspectives d’une demande en baisse et d’une offre croissante en provenance de pays extérieurs à l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) ont limité les gains. Serena Huang, responsable de l’analyse APAC chez Vortexa, a souligné que ces facteurs maintiennent actuellement une tendance baissière sur le marché du pétrole.

L’Agence internationale de l’énergie (AIE) prévoit une offre de pétrole record d’environ 103,8 millions de barils par jour (bpj), principalement alimentée par des producteurs extérieurs à l’OPEP et à ses alliés (OPEP+), tels que les États-Unis, le Brésil et la Guyane.

Pendant ce temps, bien que les importations de pétrole brut de la Chine aient augmenté au cours des deux premiers mois de l’année par rapport à 2023, elles ont été inférieures aux mois précédents, reflétant une tendance à la baisse des achats par le plus grand acheteur mondial.

Les marchés attendent désormais avec impatience les estimations de la demande des rapports mensuels de l’OPEP, de l’AIE et de l’Energy Information Administration, dans l’espoir que des données favorables pourraient atténuer les inquiétudes concernant la demande de pétrole.