Actualités

Analyses de marché

Valeurs à suivre

Alertes

Perspectives économiques mondiales : entre tensions et espoirs

4 Déc 2023 08:45 | Analyses de marché

Un rapport majeur sur l’emploi aux États-Unis, une réunion très attendue entre l’Union européenne et la Chine, sur fond d’inquiétudes concernant les trajectoires économiques et budgétaires des deux blocs, ainsi que le regain d’appétit pour l’or, marqueront la semaine à venir.

Tour d’horizon des perspectives de marché dans les jours à venir :

  1. PAROLE CONTRE PAROLE

Le point central de la semaine prochaine sera le rapport sur l’emploi américain, prévu pour vendredi, jouant un rôle clé dans l’évaluation de la santé du marché du travail et de l’économie dans son ensemble. Si les données confirment le récent ralentissement de l’activité et l’apaisement des tensions sur le marché du travail, les investisseurs pourraient être incités à anticiper une baisse plus rapide des taux par la Réserve fédérale.

Cependant, la gestion des anticipations de marché pourrait devenir complexe pour la banque centrale, qui doit maintenir un discours restrictif tout en restant attentive à ses objectifs de lutte contre l’inflation et de soutien à l’emploi. Les stratèges d’ING soulignent que les marchés sont désormais confrontés à un dilemme entre les communications de la Fed et les données réelles.

Les investisseurs ont clairement exprimé leur position, avec les marchés monétaires suggérant une baisse de 25 points de base dès mai. La période de “blackout” débutant le 2 décembre, avant la réunion de politique monétaire de décembre, compliquera davantage la gestion des attentes de marché. En outre, l’ISM des services et l’indicateur de confiance du Michigan aux États-Unis seront publiés respectivement mardi et vendredi.

  1. RENCONTRE AU SOMMET

Le 7 décembre, l’Union européenne (UE) et la Chine se réuniront lors d’un sommet organisé par Pékin, marquant le premier de ce type depuis quatre ans. Bien que la rencontre soit attendue, il est à craindre qu’elle ne se conclue sans avancées notables. L’exécutif européen a lancé une enquête sur les aides chinoises aux véhicules électriques, avec une possible extension à d’autres secteurs.

La relation de dépendance réciproque entre la Chine et l’UE ne semble pas suffire. Malgré les besoins des exportations chinoises en accès au marché unique et la détention significative des investissements directs étrangers par des entreprises européennes, les dirigeants chinois semblent moins préoccupés par les aspects économiques. En revanche, l’UE adopte une position de plus en plus défensive, comme en témoigne la récente mise en place par le Parlement européen d’un instrument “anti-coercition” en octobre.

Alicia Garcia Herrero, chef économiste Asie-Pacifique chez Natixis IM, souligne l’incertitude élevée quant aux futures relations économiques entre la Chine et l’Occident, dépendant également des résultats des futures élections aux États-Unis et en Europe. Malgré ces enjeux, chaque partie semble chercher à réduire sa dépendance à l’égard de l’autre.

  1. PANIERS PERCÉS

La période du “quoi qu’il en coûte” semble bel et bien révolue. Les ministres des Finances de la zone euro se réuniront vendredi pour décider des nouvelles règles budgétaires européennes, suspendues depuis 2020 mais devant reprendre en vigueur l’année prochaine. Bruno Le Maire, ministre des Finances français, a averti que quelques jours supplémentaires seraient nécessaires pour que la France et l’Allemagne parviennent à un accord sur le degré de rigueur des nouvelles règles en matière de déficit et de dette.

Le contexte politique complique la situation, avec les Pays-Bas plaçant le parti anti-UE de Geert Wilders en tête des législatives, et l’Allemagne faisant face à une crise budgétaire, retardant potentiellement la finalisation du budget 2024 jusqu’en janvier. Un manque d’ambition, en particulier pour les pays de la périphérie, pourrait avoir des conséquences importantes, malgré le maintien temporaire des écarts de rendement grâce à des décisions favorables des agences de notation.

Même les États-Unis adoptent une discipline fiscale accrue, avec des volumes d’émissions tels en octobre que la demande pour certaines souches s’est avérée insuffisante, conduisant le pays à étaler davantage son programme de financement.

  1. ACTIVITÉ ANÉMIQUE

Plusieurs indicateurs d’activité en Chine seront publiés, susceptibles de confirmer le ralentissement de la reprise économique. L’indicateur PMI des services, déjà proche de la contraction, et les chiffres de la balance commerciale seront annoncés respectivement mardi et jeudi. Une déception sur l’un ou l’autre indicateur serait préoccupante, car ce sont les services et la consommation privée qui ont tiré la reprise de l’activité depuis août.

À court terme, la croissance devrait se stabiliser sans gagner en vigueur, car des vents contraires puissants subsistent, notamment la crise immobilière, la confiance entamée des ménages et le chômage des jeunes, ainsi que le cadre réglementaire contraignant dans les services. La perspective d’une reprise reste incertaine, d’autant plus que l’épargne accumulée en Chine atteint des niveaux importants (3 800 milliards de yuan ou 486 milliards d’euros selon le Bureau national des statistiques).

  1. MÉDAILLE D’OR

L’or retrouve des couleurs, soutenu par les incertitudes géopolitiques, d’importants achats forcés visant à clore des positions vendeuses, et une révision à la baisse de la trajectoire des taux de la Réserve fédérale. Selon les chiffres du World Gold Hub, la performance à trois mois de l’or en dollars atteint 4,37%, comparée à un repli de 1,97% pour un indice de matières premières diversifié et 4,79% pour l’indice MSCI US.

L’or, atteignant un plus haut depuis mai, pourrait continuer à progresser, surtout si les données sur l’emploi américain ralentissent plus que prévu. Bien que les marchés ne redoutent plus une escalade du conflit israélo-palestinien, les achats de banques centrales, en particulier de la Chine, restent significatifs. Dans ce contexte, l’or démontre ses mérites en tant que couverture du risque et protection de valeur.