Actualités

Analyses de marché

Valeurs à suivre

Alertes

Point sur les marchés: actualités et prévisions

26 Fév 2024 08:45 | Actualités

À surveiller en France :

Lundi, le fabricant de membranes cryogéniques pour le transport du gaz naturel liquéfié, Gaztransport et Technigaz (GTT), dévoilera ses résultats annuels.

S&P Global Ratings a maintenu vendredi soir la note de crédit à long terme du réassureur Scor à “A+”, avec une perspective stable. Cependant, l’agence a révisé sa note de court terme de “A-1+” à “A-1”. Bien que Scor devrait maintenir ses parts de marché dans les secteurs de l’assurance dommages et de l’assurance vie au cours des deux prochaines années, son niveau de trésorerie est maintenant considéré comme “adéquat” plutôt que “exceptionnel”, selon l’agence de notation.

Évolution du marché des actions :

Après avoir enregistré une série de records la semaine dernière, les indices boursiers européens devraient ouvrir en baisse lundi, l’élan provenant des résultats exceptionnels du spécialiste de l’intelligence artificielle Nvidia s’atténuant, tandis que les investisseurs sont dans l’attente de plusieurs indicateurs économiques clés cette semaine.

À 7h25, le contrat à terme sur le CAC 40 perdait 19 points, soit 0,2%, selon les données du courtier IG, tandis que le contrat sur le DAX 40 cédait 31 points, soit 0,2%. De même, le contrat sur le FTSE 100 abandonnait 18 points, soit 0,2%, selon IG.

Parmi les principales données attendues cette semaine figurent la première estimation de l’inflation en zone euro pour février, ainsi que l’indice PCE, la mesure d’inflation privilégiée par la Réserve fédérale américaine, pour janvier.

Les investisseurs envisagent une baisse des taux de la part des principales banques centrales cette année et surveilleront donc de près ces données, qui pourraient fournir des indications sur le calendrier des premières baisses. La date prévue pour ces baisses ne cesse d’être repoussée par les marchés en raison de la résilience de l’économie, notamment celle des États-Unis.

Les économistes de Goldman Sachs ajustent leurs prévisions, réduisant désormais leurs attentes de baisses de taux de la Fed cette année à quatre, au lieu des cinq précédemment anticipées. Ils estiment également que la banque centrale américaine ne commencera à assouplir sa politique qu’en juin. Cette révision découle des récentes déclarations des responsables de la Fed et des minutes de leur dernière réunion, explique Jan Hatzius, économiste en chef de la banque, dans une note publiée vendredi.

Goldman Sachs souligne notamment les remarques récentes du gouverneur de la Fed, Christopher Waller, qui a souligné la semaine dernière la nécessité de davantage de progrès dans la lutte contre l’inflation avant toute décision de baisse des taux.

Ces données, surveillées de près par les banquiers centraux, auront également un impact significatif sur la poursuite de la tendance haussière des marchés boursiers de part et d’autre de l’Atlantique. En France, le CAC 40, qui a clôturé vendredi en hausse de 0,7% à 7.966,68 points, atteint son septième record consécutif en clôture et se rapproche désormais du seuil des 8.000 points. Pendant ce temps, à Wall Street, l’indice Dow Jones a franchi la barre des 39.000 points.

En Asie, les principaux indices affichent des performances contrastées ce lundi. À Tokyo, l’indice Nikkei a clôturé en hausse de 0,4%, atteignant un nouveau record de 39.233,71 points, tandis que le Hang Seng de la Bourse de Hong Kong a reculé de 0,6% en fin de séance. L’indice Shanghai Composite a également enregistré une baisse, perdant 0,9%.

Évolution sur le marché des obligations :

Les rendements des obligations du Trésor américain connaissent un repli ce lundi, les investisseurs ajustant leurs anticipations quant à la date probable des premières baisses des taux d’intérêt aux États-Unis.

Selon l’outil FedWatch du groupe CME, les investisseurs estiment désormais à 56% la probabilité que la première baisse des taux de la Fed survienne en juin.

En début d’année, la plupart des investisseurs tablaient sur une première baisse des taux de la Fed en mars. Les marchés anticipent également moins de réductions de taux cette année par rapport à ce qu’ils envisageaient auparavant, notamment en raison de données sur l’inflation et l’emploi plus élevées que prévu en janvier.

Cette semaine, outre-Atlantique, sera marquée par la publication des données sur les commandes de biens durables de janvier, de la deuxième estimation du produit intérieur brut (PIB) du quatrième trimestre et de l’inflation PCE.

Évolution des taux de change :

L’euro présente une évolution peu significative face au dollar ce lundi matin.

Cependant, la baisse des contrats à terme sur les indices boursiers américains pourrait entraîner une diminution de l’appétit pour le risque et stimuler la demande pour le dollar américain.

Selon l’équipe de recherche sur l’économie et les marchés mondiaux de la banque australienne CBA, le dollar pourrait connaître un léger rebond cette semaine. Les données sur l’inflation PCE aux États-Unis pour le mois de janvier, attendues jeudi, pourraient dépasser les estimations du consensus, ce qui soutiendrait les taux d’intérêt américains et renforcerait le dollar.

Situation du marché pétrolier :

Ce lundi matin, les prix du pétrole affichent un recul sans nouveaux moteurs, alors que les investisseurs cherchent à déterminer le calendrier des premières baisses de taux des principales banques centrales.

Grâce à des données économiques solides, la Réserve fédérale dispose d’une marge de manœuvre accrue pour maintenir une politique monétaire restrictive sur une période prolongée. Cette orientation freine la croissance économique et laisse entrevoir une baisse future de la demande de pétrole, contribuant ainsi à la baisse des prix, selon la société de trading ActivTrades.

Cependant, les préoccupations persistantes concernant l’offre, dues aux tensions géopolitiques au Moyen-Orient, limitent le potentiel de baisse du baril.

Vers 7h15, le contrat à terme pour avril sur le Brent de la mer du Nord perdait 28 cents, à 81,34 dollars le baril, tandis que celui pour le brut léger doux (WTI) coté au Nymex cédait également 28 cents, à 76,21 dollars le baril.