Actualités

Analyses de marché

Valeurs à suivre

Alertes

Première baisse mensuelle du CAC 40 depuis octobre, incertitudes autour de la politique de taux de la Fed

3 Mai 2024 08:45 | Analyses de marché

La Bourse de Paris a connu sa première baisse mensuelle depuis octobre 2023 en avril, mettant fin à une série de cinq mois de hausse durant lesquels le CAC 40 a progressé de 19,2%.

Première baisse mensuelle du CAC 40 depuis octobre, la politique de taux de la Fed en question

Cette période de croissance a été marquée par une confiance renouvelée des investisseurs et une reprise économique après les turbulences causées par la pandémie de COVID-19. Cependant, en avril, les marchés ont connu une correction, avec une baisse de 2,7% de l’indice phare, malgré quoi l’indice maintient une hausse d’environ 6% depuis le début de l’année 2024. Cette performance est à souligner, surtout dans un contexte d’incertitudes croissantes quant aux politiques monétaires des principales banques centrales, en particulier celle de la Réserve fédérale américaine.

En janvier, les prévisions tablaient sur six ou même sept baisses des taux d’intérêt en 2024 de la part de la Réserve fédérale, certaines estimant que cela pourrait intervenir dès le mois de mars. Ces attentes étaient fondées sur des signaux de ralentissement économique aux États-Unis, ainsi que sur les déclarations de membres de la Fed concernant la nécessité de soutenir la reprise économique. Cependant, début mai, aucune action n’a été entreprise, la Fed ayant une fois de plus opté pour le statu quo lors de sa réunion du 1er du mois, maintenant le taux des Fed funds dans la fourchette de 5,25 à 5,50%. L’inflation tardant à revenir vers l’objectif de 2% et l’économie américaine montrant peu de signes de faiblesse malgré des taux au plus haut depuis vingt ans, la première baisse des taux n’est pas attendue avant septembre, voire décembre selon les contrats futures du CME Group, qui anticipent un geste de 25 points de base à ce moment-là.

En revanche, la Banque centrale européenne pourrait agir dès le mois de juin, ce qui pourrait soutenir les bourses du Vieux Continent. Les statistiques publiées pour le mois d’avril semblent corroborer cette hypothèse, avec notamment une inflation stable en Allemagne et en France, ainsi qu’une légère décélération de l’inflation dans l’ensemble de la zone euro. Ces signaux pourraient inciter la BCE à assouplir sa politique monétaire pour stimuler davantage la croissance économique dans la région.

Le mois d’avril a également été marqué par de nombreux ajustements au sein des grandes entreprises en réaction aux résultats du premier trimestre. Certains poids lourds de la cote ont maintenu leur performance, comme LVMH, Saint-Gobain, Sanofi ou Publicis, tandis que d’autres ont connu des difficultés, tels qu’Eurofins Scientific, Kering, Dassault Systèmes ou Stellantis. Ces résultats trimestriels ont été scrutés de près par les investisseurs à la recherche d’indications sur la santé économique et la résilience des entreprises face aux défis actuels.

Outre-Atlantique, Microsoft, Alphabet et Amazon ont annoncé des résultats trimestriels solides, tirant parti de la demande continue pour les services technologiques et en ligne. En revanche, Tesla et Meta Platforms ont connu des défis, notamment en raison de prévisions décevantes et de gros investissements dans l’IA et le metaverse. Ces développements soulignent les dynamiques changeantes du marché et la nécessité pour les entreprises de s’adapter rapidement à un environnement en évolution constante.